SYNDICAT DES TECHNOLOGUES D'HYDRO-QUÉBEC

SCFP957 - Syndicat des technologues d'Hydro-Québec
CONNEXION / PROFIL
NOUVEAUTÉ!
Connectez-vous également avec votre adresse courriel personnelle!
SCFP957 - Syndicat des technologues d'Hydro-Québec
Connexion des membres



R05 - MAURICIE

En Mauricie, nous retrouvons un des berceaux de l'hydroélectricité au Québec, Shawinigan.
En Mauricie, nous retrouvons un des berceaux de l'hydroélectricité au Québec, Shawinigan.
La grande histoire Mauricienne

La première centrale à voir le jour est la centrale Shawinigan 1. Les travaux de construction ont débuté au printemps 1899. Les travaux sont terminés en 1901 avec deux groupes turbine-alternateur. La centrale a été agrandie par la suite afin d'accueillir d'autres groupes turbine-alternateur. On alimentait directement la ville de Montréal avec une ligne 50 kV. À l'époque, cette ligne de transport était la plus longue de l'Est de l'Amérique du Nord.

Puis fut construite la centrale Shawinigan 2. Elle entre en exploitation en 1911. L'artisan de ces deux chantiers était une nouvelle compagnie, la Shawinigan Water and Power. Cette compagnie a contribué à la création et au développement de la ville naissante de Shawinigan et l'électrification du Québec.

Une partie de la production des centrales Shawinigan 1 et 2 est distribuée pour les nouvelles villes de Shawinigan et Grand-Mère. Trois-Rivières aussi profite de l'électricité produite par ces deux nouvelles centrales.

Une partie de la production est acheminé sur poteaux de bois vers Montréal en 1903. Puis la rive sud, à partir de Trois-Rivières et ce, jusqu'à Victoriaville en 1918 ainsi que vers la ville de Québec vers 1916.

Par la suite, ce sera l'expansion au Bas St-Maurice et au Haut St-Maurice.

On construira les centrales La Gabelle (en exploitation en 1924), Rapide-Blanc (en exploitation en 1934) ainsi que plusieurs autres centrales jusqu'aux deux dernières qui sont Chute Allard et Rapide-des-Cœurs mise en exploitation en 2008 en Haute Mauricie. Ces dernières sont situées entre le barrage Gouin (réservoir de tête de la rivière St-Maurice) et la centrale Rapide-Blanc. La construction de ces deux centrales avait d'abord été pensée par la Shawinigan Water and Power dans les années 50 puis mis de côté avant la dernière phase de nationalisation de l'électricité en 1964.

* Extrait : Archives d'Hydro-Québec et L'histoire de l'hydro-électricité au Québec

Aujourd'hui...
Aujourd'hui...
La région Mauricie se découpe en deux parties, séparées par le fleuve St-Laurent.

Sur la rive nord du fleuve, nous retrouvons Trois-Rivières, capitale régionale. Nous y retrouvons des membres travaillant pour les Directions Distribution, Équipements, Sécurisation, Services Partagés, Technologie de l'information et TransÉnergie dans des places d'Affaires situées au 505 des Forges, 6000 des Forges, 6100 des Forges et au 3700 Bellefeuille.

Par la suite, en montant un peu plus au nord, nous retrouvons Shawinigan. À Shawinigan, nous y retrouvons des membres principalement dans les Directions Production et Institut de recherche (LTE) dans des places d'Affaires situées au 75 119e rue (Production), 600 de la Montagne (LTE) ainsi que dans les nombreuses centrales hydroélectriques du Bas St-Maurice.

Finalement, à l'extrémité nord du territoire, nous retrouvons La Tuque avec ses nombreuses centrales hydroélectriques et ouvrages de retenu (digues et barrages) qui vont jusqu'au barrage Gouin. Avec ses nombreux lacs et rivières, le Haut St-Maurice est au cœur même de la production hydroélectrique de la région.

Sur la rive sud du fleuve, nous nous retrouvons dans la région Centre-du-Québec. Nous ne pouvons passer sous silence le Site nucléaire Gentilly 2 (anciennement la Centrale nucléaire Gentilly 2) dont l'arrêt de l'exploitation a été signifié à nos membres en septembre 2012. Voisine de ce Site nucléaire, nous retrouvons la centrale Bécancour. La centrale Bécancour est une centrale thermique dont la raison première était de servir d'appoint en cas de panne provinciale à la centrale Gentilly 2 afin de stabiliser la production et le transport de l'énergie produite dans ce secteur. Une autre vocation de cette dernière est aussi de fournir un supplément d'électricité sur le réseau lors des pointes hivernales.

Plus au sud, dans la région des Bois-Francs, nous retrouvons le poste Nicolet. Il s'agit d'une jonction de transport 735kV entre le poste Lévis à l'Est et les postes Boucherville et Hertel à l'Ouest. Aussi, il ne faudrait pas oublier la ligne à courant continu à 450 kV. Le poste Nicolet est aussi un point de jonction pour le transit de l'électricité produite à la Baie James. Ce transit d'énergie en courant continu en provenance du poste Radisson (région Baie James) ne pourrait se faire sans le lien sous-fluvial entre Grondines sur la rive nord et Lotbinière sur la rive sud. Le convertisseur C.C. du poste Nicolet permet le transit en import/export d'électricité soit pour les États du nord des États-Unis ou pour les besoins domestiques du Québec.

Finalement, dernière étape sur la rive sud, Victoriaville. Nous y retrouvons des membres travaillant pour les Directions Distribution et TransÉnergie. Leurs locaux se situe au 879 boulevard Pierre-Roux.

Arrêt de l'exploitation de la centrale Gentilly 2
L'évènement le plus marquant des dernières années en Mauricie, est certes l'arrêt de l'exploitation de la centrale Gentilly 2 qui est survenu en septembre 2012. Au moment de l'arrêt de l'exploitation de la centrale Gentilly 2, la région Mauricie comptait environ 350 membres. Au printemps 2016, la région compte environ 240 membres. Un tel changement ne se fait pas sans mal. Seulement à la centrale Gentilly 2, nous retrouvions environ, avant l'arrêt en 2012, 150 membres majoritairement des personnes permanentes (75%) et des personnes temporaires (25%). Cet arrêt marquera à jamais une génération de travailleuses et de travailleurs qui y travaillaient.

Certaines personnes ont réussi à se relocaliser dans la région. Pour d'autres, l'arrêt de l'exploitation de la centrale Gentilly 2 a été l'élément déclencheur d'un départ à la retraites. Par contre, l'arrêt a aussi signifié l'exode de certaines personnes, vers d'autres emplois, ailleurs au sein d'Hydro-Québec.

Nos pensées les accompagnent …


Au cours des prochaines années, de nombreux défis nous attendent.

Je suis confiant que tous ensembles, nous réussirons à nous forger un avenir à la hauteur de notre riche histoire régionale.

Richard Lanneville
Président - Région Mauricie



LE FIL DE NOUVELLES RÉGIONALES

ARCHIVES
Lundi, 2 juillet 2018
Faits saillants de la réunion du CONSEIL EXÉCUTIF RÉGIONAL - Mauricie
Rencontre tenue à Trois-Rivières, le 23 avril 2018


Lundi, 5 mars 2018
Réseau Mauricie - Volume 18 - Numéro 1
Bulletin d'informations régional du Syndicat des technologues d'Hydro-Québec

- QG TransÉnergie à La Tuque
- Affectations temporaires à Gentilly 2
- Santé Sécurité
- Délégués.es sociaux
- Chantier de construction au barrage Gouin
- Congrès...


Lundi, 5 mars 2018
Faits saillants de la réunion du CONSEIL EXÉCUTIF RÉGIONAL - Mauricie
Rencontre tenue à Trois-Rivières, le 8 février 2018


Dimanche, 11 février 2018
Faits saillants de la réunion du CONSEIL EXÉCUTIF RÉGIONAL - Mauricie
Rencontre tenue à Trois-Rivières, le 28 novembre 2017


LE CONSEIL EXÉCUTIF RÉGIONAL (CER)

LE CONSEIL EXÉCUTIF RÉGIONAL (CER)


L'ORGANIGRAMME RÉGIONAL

L'ORGANIGRAMME RÉGIONAL

LES DOCUMENTS

LES DOCUMENTS

LES ALBUMS PHOTOS

LES ALBUMS PHOTOS


Président
Richard Lanneville

HQ 252.2566
Conseiller SCFP
Alain Richard

7080 boul. Marion, bur. 207,
Trois-Rivières, G9A 6G4
819.375.3465
Nos coordonnées
Bureau régional

7080 boul. Marion, bur. 207,
Trois-Rivières, G9A 6G4
819.371.0337

Vice-président
Syndicat des technologues d'Hydro-Québec
SCFP957
1010, rue de Liège Est, 1er étage
Montréal, Québec  H2P 1L2
Canada
 

Téléphone : 
514.389.0957
Télécopieur : 
514.389.5253
Sans frais : 
800.267.0929

Rejoignez-nous sur

Rejoignez-nous sur
Ce site est propulsé par 

Le site internet du Syndicat des technologues d'Hydro-Québec a été fièrement conçu par votre comité information 957

© Copyright 2017 - Tous droits réservés